Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par jean claude Dosseto/Naturopathe Nutritionniste

Cher Ami(es) je reviens sur le problème d’hypothyroïdie qui de nos jours affecte de plus en plus de monde, et notamment plus les femmes que les hommes.

 

Petit retour sur la glande thyroïde et ses fonctions, la thyroïde et une glande quelques centimètres située à la base du coup, elle agit par la production d'hormone sur le fonctionnement de tous les organes vitaux, les hormones thyroïdiennes sont responsables de la mise en oeuvre de tous les processus métaboliques comme :

le maintient de la température corporelle.
La synthèse des protéines.
L'élimination des déchets cellulaire.
L'optimisation de notre système immunitaire.
De l'augmentation du flux sanguin et donc indirectement prévient des troubles cognitifs.
Et régule la production d'énergie d’où une fatigue en cas de thyroïde ralentie.

 

La glande thyroïde est elle-même régulée par deux glandes endocriniennes au niveau du cerveau, l’hypophyse et l’hypothalamus.

Une hypothyroïdie peut se produire soit lorsque la thyroïde ne fabrique pas assez d'hormones thyroïdiennes, soit lorsque celle-ci ne fonctionnent pas de façons optimale, je ne rentrerais pas dans le détails dans cet article.

Voici certaines causes d’hypothyroïdie :
- le stress qui avec l’excès de cortisol, lié au stress va perturber la thyroïde en inhibant l'enzyme chargée de la conversion de l'hormone T4 en T3 qui est la forme active.

- A noter que le manque de cortisol perturbe aussi la thyroïde, lorsque nous sommes épuisés par le stress et que notre corps est obligé de revoir à la baisse sa production d'énergie.

Les déficiences nutritionnelles :

les carences en iode.
Les carences en sélénium en zinc et en fer, le zinc et le fer sont tout deux cofacteurs de l'enzyme de conversion de T4 en T3.
Les carences en vitamines D et vitamines A.
Les carences en oméga 3.
mais aussi les carences en vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B6, B12).
Les carences en vitamine E.

 

Les troubles intestinaux peuvent aussi contribuer à des problèmes d’hypothyroïdie et ce à plusieurs niveau.
Une partie de la conversion de l'hormone T4 en T3 (environ 20%) se ferait au niveau des intestins via une enzymes intestinale sécrétée en présence d'une flore en bonne santé.
Ainsi une flore perturbée entraverait non seulement une partie de la conversion mais provoquerait également une diminution de l’absorption des micro-nutriments indispensables à la fonction thyroïdienne.


Un intestin hyperperméable ne va plus pouvoir assurer son rôle de barrière, ce qui va surcharger le foie qui ne pourra plus convertir correctement l'hormone T4 en T3.


Des toxines ou des aliments non digérés peuvent solliciter de façon excessive le système immunitaire qui pourrait produire des anticorps contre notre propre thyroïde et favoriser les maladies auto-immunes.

L' inflammation intestinale entraîne une élévation du cortisol ce qui diminue le taux de T3 et augmente celui de la T3 reverse qui est inactive, l'inflammation va également entraîner une baisse de a 5'-déiodinase(enzymes) qui transforme la T4 en T3 active .

 

L'on retrouve aussi dans les hypothyroïdies des modifications hormonales liés aux troubles du cycle prémenstruel et pré-ménopause, la progestérone facilite l’action des hormones thyroïdiennes tandis que les œstrogènes les inhibent, si dans une situation ou il y a une dominance d’œstrogènes par manque de progestérone le fonctionnement de la thyroïde peut être perturbé.


La prise de la pilule peut également provoquer des troubles de la thyroïde.

La grossesse peut aussi constituer une étape délicate pour la thyroïde.

Et enfin les toxines et perturbateurs endocriniens comme le fluor, le brome, le chlore, les métaux lourds et aussi le tabac présentent des structures semblables aux hormones thyroïdiennes et peuvent aussi interférer avec l'utilisation de l'iode et donc empêcher la production normale d'hormones thyroïdiennes ou encore entraver la conversion de T4 en T3, certains médicaments peuvent aussi entraver le bon fonctionnement de la thyroïde (chimiothérapie, antiacides, antihistaminique...)

 

Note: si les glandes surrénales sont épuisées et que la production de cortisol est insuffisante, il y a aura un problème de conversion des hormones et une dysfonction de ces récepteurs, si vous n'avez pas assez de cortisol, il est impossible d'utiliser les hormones thyroïdiennes que vous produisez pourtant de manière approprier, de façons réciproque, si votre thyroïde fonctionne pas bien, le ralentissement métabolique qui en résultera ralentira également votre fonction surrénalienne, il s'agit d'une relation à double sens, cela veut dire qu'il faudra traiter les deux ensemble.

il est certains que la prise d'hormones thyroïdiennes ne résout pas le problème bien au contraire, supplémenter une glande ne fait que l'affaiblir encore plus, et ne règle pas la cause de cette dysfonction.

Je ne parle pas non plus du dépistage de l’hypothyroïdie qui est une véritable aberration, les laboratoires ont des données statistiques qui ne sont pas des valeurs de santé, de nombreux spécialise affirment que l'on est en hypothyroïdie lorsque la TSH est au dessus de 1, 50 , alors pour pour les laboratoires jusqu' à 4, 3 tout va bien .

Les normes de santé sont de 0,25 – 1,4 mUI/L pour la TSH, certains vont jusqu'à 2,20, alors que les normes laboratoires (statistiques) sont de 0,3- 4,3 mUI/L, il y a un sacré malaise, nombreux sont les gens qui sont très mal diagnostiqué.

Si la TSH est au dessus de 2, 20  il faut contrôler par une analyse clinique, et voir si il y a des symptômes pathologiques, comme une tension basse, des myxœdème ( jambe ou et paupières qui gonflent), mauvaise digestion et constipation, migraines, fatigue surtout le matin, dépression, frilosité, sécheresse cutanée, crampes musculaires, douleurs dans les articulations, œdème du visage le matin au réveil etc.... il existe plusieurs forme d'hypothyroïdie, il faudra donc déterminer sa forme et trouver sa cause, des solutions naturelles existent et sont beaucoup plus efficaces car on observe des guérisons totale contrairement à une supplémentation hormonale de synthèse.

 

Jean Claude Dosseto Naturopathe Nutritionniste
Expert en nutrition et physionutrition
Spécialiste en alimentation vivante

294 Bis Rue Paradis 13008 Marseille
Tel 06.41.23.10.14
jeandosseto@gmail.com

 

Consultation au cabinet ou distance par skype.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article