Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par jean claude Dosseto/Naturopathe Nutritionniste

Le concept de pensée positive s'est répandu partout ces derniers temps. En général on entend par là « si en toute chose, je pense que c'est bon, pour moi, aucun stress ne s'accumule » ; « si je réagis à tout de façons constructive, cela conduit à de bon résultats ». Ce concept a également fait son entrée dans le milieu médical, l'esprit et le corps sont en dialogue permanent.
Les choses que nous pensons dans notre esprit ne sont donc pas des concepts abstrait. Car on a reconnu que nos pensées se matérialise irrévocablement et deviennent physiquement efficaces. Quand nous réagissons à quelques chose par un rejet, il apparaît dans notre corps des substances qui notamment accélèrent le processus de sénescences et la formation de cellules cancéreuse. Quand au contraire nous y réagissons par un acquiescement reconnaissant, notre organisme forme des substances qui maintiennent jeune et en bonne santé, ce mécanisme et médicalement prouvé.
Les personnes qui se font une habitude de tout voir positivement disposent en conséquence d'une forte résistance aux maladies. Qui en revanche pense toujours négativement sera malheureusement bientôt malade. Même à condition de vie égales et avec le même mode de vie , les uns auront une santé de fer et les autres seront maladifs. Même si cela n' a pas une valeur illimitée, l'attitude mentale est de la plus grande importance pour notre santé. Qu 'en est il de ces substances qui, selon notre attitude intérieure, se forme dans notre organisme ? Ce sont les substances qui, en général, sont qualifiées d'hormones. Les principales sont l'adrénaline, la noradrénaline, la B-endorphine et l'enképhaline.
Quand on s'excite, ou que l'on soit stressé, la noradrénaline est sécrétée dans le cerveau. Dans les états d'angoisse et de peur, c'est l'adrénaline qui est libérée.
Les hormones agissent comme des substances messagères au niveau cellulaire ; c'est à dire qu 'elles transmettent les ordres du cerveaux aux différentes cellules. Quand par exemple le message colère est transmis, le corps réagit par la tension et l'activité. C'est pourquoi il s'agit là de substances qui d'une part, sont indispensables pour la survie mais qui d'autre part sont hautement toxiques si produites en excès.
Quand on se met constamment en colère, et qu'on se trouve sous un puissant stress, cela peut conduire à ce que l'on tombe malade du fait de la toxicité de la noradrénaline, à ce que l'on vieillisse plus rapidement et aussi que l'on meurt prématurément. Mais en revanche lorsque l'on sourit toujours, que l'on accepte tout de façons positive, ce sont des hormones à effets favorable qui sont sécrétées : ce sont elles qui activent les cellules cérébrales et gardent le corps en bonne santé.
Au total on connaît une vingtaines d'hormones différentes du bonheur, bien qu'elles agissent de diverse façons leur effets pharmacologique est semblable. Parmi les nombreuses hormones du bonheur on trouve la B-endorphine qui l'effet le plus puissant. On retrouve en autres la dopamine, ocytocine, sérotonine, endorphine… ces 4 substances chimiques endogènes (produites par l’organisme) jouent un rôle clé dans nos ressentis positifs.
Nombres de maladies de civilisation peuvent être qualifiées de troubles métaboliques, en termes simplifiés elles apparaissent parce que le sang ne s'écoule plus correctement. L'épuisement du système nerveux et le stress en sont les principales causes, quand la noradrénaline est sécrétée en situation de stress, les vaisseaux sanguins ce contractent et l'irrigation est entravée, les risques de dépressions sont maximales, à ces modifications mécaniques s'ajoute le fait que des quantités de radicaux libres sont formés, que les gènes sont endommagés et que des substances accélérant le vieillissement cellulaire, comme les lipides peroxydes, les lipides peroxydes apparaissent lors de l’oxydation des acides gras polyinsaturés, les tissus sont alors endommagés par modification des membranes cellulaire, cette oxydation est également responsable de maladies vasculaire, du diabète, et de cancer.
Une mauvaise irrigation sanguine (vascularisation) signifie que l'approvisionnement des cellules est entravé. C'est pourquoi l'état du corps se détériore dans la mesure ou la pression sanguine augmente, du fait du rétrécissement et de l'obstruction des vaisseaux. Quand par exemple il y a une insuffisance d'oxygène, les plaquettes (éléments figurés du sang) sont détruites. Il en résulte des grumeaux sanguins qui peuvent provoquer des caillots et aggraver l'obstruction des vaisseaux sanguins.
Dans le cerveau le rétrécissement des vaisseaux sanguins même à la dépression et nous diriges tout droit vers une congestion de la partie ORL.
Comme je l'ais déjà mentionné, les hormones du bonheur sont structurés de telle sorte qu'elles renforce l'immunité. Étant donné que le cerveau contrôle aussi le système hormonal périphérique, le système immunitaire est renforcé dans le corps tout entier quand des hormones renforçant l'immunité sont sécrétées dans le cerveau.
On sait de nos jours que beaucoup de problèmes de santé sont liées à notre mode vie beaucoup stressant, le corps et l'esprit ne sont pas deux choses séparées.
Le stress psychique ou physique en excès détériore la force immunitaire, et réduit fortement l'activité des cellules NK (cellules tueuses naturelles) ces cellules sont en mesure d'anéantir les cellules cancéreuse en s'amarrent aux cellules cancéreuses, les NK délivrent des perforines sorte de protéines qui endommagent et percent la membrane des cellules cancéreuses, l'eau, les sels minéraux y pénètrent et la cellules cancéreuse est éliminés en quelques minutes, je le rappelle le stress psychique ou physique réduit l'activité des cellules naturelles tueuses (NK), et impacte négativement tout le système immunitaire.
 
En conclusions, tant que nous vivons, nous ne pouvons pas échapper au stress, c'est pour cela qu'il est capital d'apprendre à le gérer, les gens qui se font un soucis maladif et vivent dans l'insécurité sont l'objet de stress permanent, de tels personnes évoluent constamment dans le monde de la noradrénaline et de l'adrénaline avec toutes les conséquences négatives sur leurs santé, en revanche les optimistes vivent dans un monde de la B-endorphine et sur le long termes le fossé se creuse ainsi entre pensée positive et pensée négative, entre bonne et mauvaise santé, entre succès et échec dans la vie.
La règle de base « quand je pense positif je sécrète de bonnes hormones, quand je pense négatif de mauvaise hormones sont sécrétés.
Je développe sur la méthode de T.O.M ( technique d'optimisation du mental) que j'ai crée, tous ces thèmes de gestion des émotions, c'est la base pour accéder au changement sans la connaissance de tous ces paramètres et la pratique le corps et l'esprit peuvent ne faire qu'un, donc équilibré .
Jean Claude Dosseto
Naturopathe / Nutritionniste / phytothérapeute 
Micro-Nutrition/ Hormono-Nutrition
Oncologie intégrative
294 bis, Rue Paradis
13008 Marseille
GSM: 0641231014


jeandosseto@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

olivier hamill poulin 08/01/2019 14:07

J'aime beaucoup ton article, par contre la pensée n'est pas sous la régence de l'ego donc cela veut dire qu'on ne pense ni positivement ni négativement nous recevons ces pensées pour nous mettre en mouvement malheureusement si quelquun tente de forcer un mouvement de pensée positive il sera dans un etat de stress anyway car ils ne pourra jamais realiser la source de sa pensée et en realiser la manipulation sur sa conscience

Jean-Claude Dosseto 16/08/2020 22:24

Oui tu as raison, là c'est le coté physiologique, après c'est certain qu'il faut travailler de nombreux paramètres, comme l'énergétique et la compréhension de l’esprit, son mécanisme et fonctionnement, c'est du travail, du temps, mais ça vaut vraiment le coup.